jeudi 28 avril 2016

Scarlett's Garden



Au commencement, il y avait ce bleu. 
Ce beau turquoise qui n'étais pas aussi bleu canard qu'en magasin, qui est bien pétant et donc too much pour un pull entier, qui ne va avec aucun autre bleu de ma garde robe... Bref le syndrome de la laine-qui-n'a-pas-la-même-couleur-en-magasin-qu'à-la-maison. Je l'ai laissé dormir trois ans dans ma boîte. Parfois je cherchais le patron qui pouvait convenir... vous vous doutez que j'ai changé un million de fois d'idées... Finalement c'est en trainant sur la page Ravelry de Trin-Annelie que le déclic est venu. 


 

Comme je ne suis pas très dentelle, ce patron ne m'a pas fait chaviré à sa sortie, mais avoir un châle dentelle dans une couleur bien pétante, bien estivale, lançon-nous dans l'aventure!

Carnet de route: 
Les kilomètres de jersey était parfait pour les soirées films et les transports, la dentelle a demandé beaucoup un peu plus d'attention. 
Après quelques rangs tricoté et détricotés il a dormi tout le mois de Mars. J'ai ensuite pris le taureau par les cornes et je n'ai quasiment fait que ça en Avril, dont les 2/3 ont été fait dans le TGV (Merci les trajets Montpellier-Aéroport CDG )
 Il n'est pas si compliqué que ça car le motif est symétrique sur une dizaine de mailles, il faut "juste" réfléchir à ce que l'on tricote! Ma patience a été mise à rude épreuve sur le petit motif de fin ou j'ai détricoté 4 rangs sur 8... 


Je suis ultra contente d'en être venue à bout et fière du résultat! 
Il met du pep's dans mes tenues sobres, et c'est une montagne de douceur autour du cou, j'ai l'impression d'avoir une portée de chatons autour de moi ^^
Il s'agit de la même laine que mon Vitamine D. 
Moitié mérinos moitié soie, il n'est pas trop chaud pour la saison à venir, et peut se porter en foulard en hiver sans être trop encombrant. 
Côté métrage j'ai utilisé 100 mètres de moins que ce qui est préconisé.

Le blocage n'est pas parfait car je n'avais pas assez de mousse pour tout caler car oui... il est immeeeeeeeense. 



Portant fièrement mon premier gros châle dentelle, je m'en vais tricoter des kilomètres de point mousse pour me soigner :D



La vraie couleur est entre ces deux dernières photos

   
Au passage vous pouvez apercevoir une petite Sureau dans mon reste de coton Agnès B d'amour! :) 

Recap: 
Laine: Un peu moins de deux écheveaux de Fyberspate Scrumptious 4 ply, coloris Teal 
Aiguilles circulaires 4mm. 


A bientôt!

samedi 2 avril 2016

Madeleine


En grande fan des robes porte-feuilles, je me suis laissé tenter par Madeleine, petite robe de la collection Automne-Hiver 2015-2016 de République du chiffon.

Malgré le succès de ces patrons, ce n'est que ma deuxième fois avec cette marque (avec le pantalon Gilbert). La plupart du temps, les patrons ne sont pas du tout dans mon style et encore moins dans ma morphotype. Madeleine est l'une de ces exceptions. 

Le trou au collant c'est gratuit :p 

Sur le fond, je n'ai -presque-rien à reprocher au patron: ça tombe bien, le décolleté se tient très bien, la taille est flatteuse, il y a juste assez de fronces, sauf sur le devant où il y en a presque trop, mais c'est affaire de goût et aussi à cause de mon tissu légèrement plus épais que ce qui est préconisé. D'ailleurs vu l'ampleur des fronces au dos, mon tissu est la limite à ne pas dépasser ^^"


Suite aux nombreux commentaires de couturières sur cette marque, je me doutais que les bras allaient poser problème. J'ai donc fait une toile en cousant d'abord la doublure de ma robe (la doublure est un ajout de ma part car j'utilise une flanelle de laine qui picote). Étonnamment les emmanchures tombent assez bien sur mes bras de bucheronne, et les bras son serrés mais sans plus. Au final j'ai gardé les emmanchures tel quel et j'ai cousu les manches à 0,5cm au lieu de 1,5cm. La longueur jupe tombe parfaitement pour mon mètre 73. 
La grosse modification faite est l'ajout d'une doublure coton pour le buste puis soie pour le jupon afin de compenser ma laine qui gratte. J'ai fait mon ourlet à la main car je trouvais la finition machine assez moche dans ce cas précis. 



Ça c'était le fond, parlons du reste: il y a pas mal de points qui me chiffonnent et que je n'ai -étrangement- retrouvé nulle part sur la blogosphère, à croire que ça ne dérange que moi...

-coup de gueule inside-

Les points négatifs: 
- La planche patron avec les lignes des différentes tailles en couleurs, je me suis explosé les yeux à recopier la bonne ligne à travers mon papier patron; heureusement que sur ce modèle les pièces ne se superposaient pas.
- L'absence de repères lignes de buste/hanches, embêtant quand on doit grader entre plusieurs tailles.
- L'absence de repères de montage: J'avoue ne pas les utiliser tout le temps, mais quand il y a une parmenture d'encolure et des manches, j'aime vérifier que tout tombe correctement.
- L'absence de repères "agrandir/raccourcir" la pièce: comment je fais pour ajouter le fameux 1,5cm à mon buste sans décaler l'emplacement des panneaux croisés? hm?
- L'absence de marque pour les boutons: C'est très con, mais la ceinture est légèrement arrondie. Du coup j'ai passé un temps incroyable à placer mes boutons et boutonnières pour qu'ils ne soient pas de travers. 
- Et puis ben il faut rajouter les marges de couture.

J'adore ce patron, c'est un intemporel très bien coupé, mais je me sens passablement floué sur la marchandise. 

Comme beaucoup de couturières, mon budget loisirs créatif est serré, je n'achète pas de patrons indépendant sur un coup de tête. 
Dans ce cas précis, je n'avais pas pu mettre la main sur les numéros Burda dont les robes porte-feuilles ont été testé et approuvé et c'est ce qui m'a poussé à acheter ce patron. 

Alors oui j'aurai pu contacter la marque pour poser mes questions (notamment pour rallonger le patron), et puis dans mes magazines Burda je dois aussi rajouter les marges de couture et deviner les lignes pour rallonger un patron. 
Sauf que voilà ce n'est pas un magazine, c'est un patron à 15€ et je m'attends à un minimum de "services". Des services qui sont tous remplis par les autres marques que j'ai pu tester (Deer & Doe, Victory Pattern, Colette Pattern, Tilly and the buttons, Pauline Alice, Papercut, Thread Theory, McCall, Simplicity pour les citer), sauf celle-ci... Même les magazines proposent des patrons plus complets. 
Je comprend le parti pris de la marque qui ne veut pas proposer des patrons/leçon de couture et ce n'est pas ce que je recherche; sauf que pour moi ces détails ne sont pas de l'ordre d'une leçon de couture mais de principes basiques de montage.

Je pense largement rentabiliser mon patron et je songe déjà à une version estivale, mais il est clair qu'à l'avenir, je chercherai d'abord ailleurs (magasines, marques généralistes et indépendants) pour travailler un patron de manière plus confortable. 





 

Matériel utilisé: 
2m de flanelle de laine
1m de voile de coton
1m de soie
4 boutons de mon stock



lundi 21 mars 2016

Boules de suif


Aujourd'hui on cause couture ET gravure! :) 

Cela fait un moment que je suis le blog de Belette Print,  où tous ces travaux me laisses à chaque fois bien rêveuse.

J'avais déjà fait un peu d'initiation à la gravure lors de mes années d'étude et j'avais adoré. Mes préférences vont à la taille d'épargne sur bois (comme les estampes japonaises) et la taille douce (soit tous les procédés sur une plaque de cuivre) mais cela demande pas mal de matériel onéreux et/ou salissant -et accessoirement pas mal de temps-. 


La linogravure présente l'intérêt d'être relativement simple à la mise en œuvre, peu moins salissante, et la grosse plus-value est -selon moi- qu'elle est facilement applicable pour l'impression textile. 

Je me suis donc lancée dans cette grande aventure en commençant avec le livre que Belette a sorti en 2014. Si vous voulez vous lancer, jetez-vous sur cet ouvrage! Il est très bien fait, et les modèles proposés sont tous très beaux. 



Afin de me re-familiariser avec le procédé, j'ai choisi le modèle assez simple du rouge-gorge que j'ai ragrandit au format A5 (au lieu du format carte de vœux proposé).Je l'ai gravé en une après-midi l'été dernier, et l'ai imprimé sur un lin d'ameublement pour me faire un grand sac à tricot. Je suis revenu au pinceau pour le rouge. 






Entre temps, j'ai également testé deux-trois dessins tiré d'internet, et puis j'ai concrétisé une idée qui me trainait dans la tête depuis un moment: un vêtement bien régressif avec un personnage qui a bercé ma jeunesse: les petites noiraudes de Miyazaki!



Les deux noiraudes m'ont demandé à peine deux heures de travail. Côté mise en œuvre, j'ai découpé mes pièces de jogging, j'ai tracé l'emplacement finale de mes poches plaquées pour savoir où tamponner et j'ai imprimé avec une encre textile basique trouvé au magasin Beaux-arts du coin. 

Un petit coup de fer pour fixer le tout une fois sec, quatre coutures plus tard...

TADAAAAM


  

Je suis toute contente de mon jogging unique! 

Apparté sur le patron: il taille parfaitement, mon tissu est peut-être un peu épais et lourd par rapport à ce qui est conseillé mais ça remplit le job. 
Apparté tissu: le molleton est sublime et c'est un vrai bonheur à coudre et à porter. 



 





Matériel: 
- Gravure: plaque de linogravure, goujes, encre textile (éventuellement du calque et du papier carbone pour reporter le dessin en inversé si l'on part d'un motif existant)
- Couture: 1,5m de molleton fin (Chez Cousette), Chute d'élastique
Patron: Bas de pyjama pantacourt Burda 12/14 


A bientôt!

mercredi 16 mars 2016

Outfit hiver


Je vous présente -enfin- un ensemble fidèle à mes planches d'inspiration publiée à l'automne dernier. 
Entre les sortie patrons, les envies qui changent et les associations patrons-tissus malheureuse, je me rend compte que seulement la moitié de mes planches se sont concrétisées comme je les avais imaginé au départ. 

Short Châtaigne (Deer & Doe)
 
Commençons par le short que l'on ne présente plus. Il s'agit ici de la version taille basse et festonnée. Maintenant que j'ai enfin recopié la bonne taille, tout tombe parfaitement. 


Les quelques défauts que je lui trouve viennent de mon choix de tissu. 
Il s'agit d'un polyester vert émeraude légèrement épais, qui a l'avantage et l'inconvénient d'être infroissable. Eh oui, cet avantage à passer automatiquement de la case étendoir à penderie devient vite un calvaire lorsqu'il s'agit de marquer correctement les coutures, mais surtout les festons.
Le résultat est portable, mais les festons sont loin d'être jolies et encore moins parfaits. J'ai légèrement sous-estimé l'aspect élastique (bien qu'il ne possède pas élasthanne) de ce tissu, ce qui rend mon short légèrement plus taille basse qu'il ne devrait. 

La prochaine fois, je choisirai un tissu plus simple à travailler, plus fin, et je thermocollerai mes feston car j'ai tout de même quelques doutes sur leurs tenues dans le temps. 



Matériel: 
0,7m de polyester
Chute de Liberty 



Pull Thresold (Melanie Berg)
Lorsque Melanie a sortie son Book "Textured is the new black", ce pull m'a tout de suite plu. La construction, la coupe, le col bâteau, le motif des losanges, les côtes torses qui ne sont pas de bêtes côtes 2/2, le rappel aux manches...tout!

Je l'ai rapidement associé à la laine Ulysse (De Rerum Natura), 
dans ce beau gris chiné nommé Granit. 
Vu que c'est une laine sport avec peu de drapé, j'ai fait plusieurs modifications pour adapter le patron à ma laine et diminuer l'aisance positive de 8cm à 4-5cm maxi.
J'ai tout tricoté en aiguilles 3,5mm dans la taille 32 (je fais une la taille 34). J'ai tricoté la taille 36 aux manches pour rentrer mes bras de camionneuse. 

Côté manche, le patron dit de tricoter tant de cm puis de faire le motif des losanges puis les côtes sur la dimension restante. Comme je n'aime pas les manches trop longues, et que je voulais obtenir le même rendu que sur le modèle avec des bracelets de manches bien long arrivant pile à la naissance des mains, j'ai calculé ma longueur manche - la dimension du motif - les 8cm de côtes. 

Tout tombe pile comme je voulais, c'est un pur régal à porter. 


Petit spot sur la laine: 
Outre mes moufles, c'est ma première grosse pièce avec cette laine. Je comprend que Louise (Une parisienne en Helvétie) a eu du mal à me décrire cette laine. Maintenant que c'est mon tour, l'exercice m'est difficile.  
Il y a une nette différence entre le moment où l'on tricote et celui où on bloque son ouvrage. La laine gagne beaucoup en douceur et moelleux.
Avant tricot, c'est une laine légèrement sèche, pas vraiment rèche, mais déjà très moelleuse. 
Après blocage: Elle gagne en douceur, mais c'est une douceur particulière. Vous vous douterez que l'on est loin de laine ultra travaillée comme la Tosh Merino Light. C'est une douceur que je qualifierai de "neutre"; perso j'adore. Les points se placent parfaitement, le jersey est très beau et le tricot ne se déforme pas après quelques jours portés. Le pull est léger et très respirant. Ce chiné obtenue avec les trois toisons est subtils, juste ce qu'il fallait pour mettre en valeur les points du pull. 

 


Bref je suis plus que conquise, je suis fan! D'ailleurs j'ai déjà entamé un nouveau projet avec ma Gilliat Poivre blanc ^^" 


Matériel: 
Aiguilles circulaires 3,5mm
5 pelotes d'Ulysse, De Rerum Natura, Coloris Granit. 







mardi 23 février 2016

Palmyre


Voici le dernier châle tombé des aiguilles en à peine deux semaines (!!)

Il s'agit du châle Palmyre de Nadia Crétin-Léchenne. Il présente une forme de demi-cercle et se tricote avec une laine DK en aiguille 5; d'où la rapidité d'exécution! 

Il monte très très vite, et la dentelle est très accessible. Il est parfait pour les débutantes + qui veulent se lancer dans une première dentelle. J'ai fait les petits trous de rabattage au crochet car cela me semblait plus simple mais aussi car je voulais être certaine d'avoir une bordure bien détendue. 


Au final, il mesure 1,42m par 46 cm. Il semble petit, mais vu qu'il se tricote avec une laine épaisse, et qu'il est bien construit, il ne parait pas du tout ridicule une fois autour du cou. Il enveloppe sans avoir trop de matière, et tient parfaitement sur les épaules sans avoir à le remettre en place constamment. Je pense que le choix du mérinos y est pour beaucoup aussi car son aspect "gras" et lourd est parfait pour ce patron. 

J'adore le porter comme ici, à la place d'un foulard, ou avec mes vestes spencer afin de protéger le cou et le décolleté. Beaucoup de châles proposent la dimension de 1,50m par 45cm et je suis contente d'avoir tester ce type de châle avec une version aussi rapide d'exécution. 

Taille validée! -si coup de coeur, je préfère quand même les grands châles-


Côté laine,  il s'agit de la Malabrigo Arroyo, coloris Prussian Blue. Ce bleu est juste magnifique... C'est un bleu foncé, profond et en même temps très lumineux! Le bleu de Prusse ressemble beaucoup à l'indigo, à ceci près qu'il est légèrement plus sourd.
Cette laine est notée Sport mais elle se rapproche beaucoup plus d'une laine DK. Après plusieurs tests, il faut au moins des aiguilles 4,5 à 5 pour que la laine ne soit pas serrée. 

C'est une laine très douce, avec un très beau tombé et une belle définition de point. 
Bien que mes deux écheveaux soient du même bain, il y a une nette différence entre les deux. L'une est assez nuancée, l'autre moins nuancée et plus foncée. J'ai donc réservé l'écheveau nuancé pour la partie jersey, et l'écheveau le plus foncé et "uni" pour la partie dentelle.  On peut deviner sur les photos que l'écheveau foncé commencé quatre-cinq rang avant la dentelle d'ailleurs.
 Il me reste quand même 150 mètres sur les 600 mètres préconisés. 








Je n'ai rien de plus à ajouter, je m'en vais continuer mon petit pull pour le porter 
avant qu'il ne fasse trop chaud! 

A bientôt! 



jeudi 28 janvier 2016

Du projet express au projet boulet


D'habitude, j'aime attendre plusieurs semaines avant de poster un article... 

Mais là il y avait un besoin vitale d'exorciser ce projet qui a cumulé à lui tout seul plusieurs boulettes et dont les nombreux points techniques ont failli avoir raison de ma patience. 

Il s'agit du fameux manteau Quart de Pauline Alice. 
Ce projet vient du fait que je voulais un second manteau d'hiver plus passe-partout. Je voulais également un manteau avec un col plus couvrant et avec plus d'aisance pour y porter un gilet ou un pull sans être trop engoncée. Ce patron me permettait également de découvrir plusieurs points techniques que je n'avais jamais fait comme les plis plats et les zips aux manches.


Le patron: 
Beaucoup l'ont déjà dit et c'est vrai; les explications de Pauline sont toujours très détaillées et très claires. Ce que j'ai aimé, c'est le tableau des dimensions finies plus fournis que dans d'autres marques. Il y a notamment la longueur et la circonférence des manches (très utile quand on a une bonne carrure d'épaule et des bras de bûcheronne) et la hauteur épaule-taille. C'est agréable de pouvoir vérifier ces mesures sans avoir à mesurer les pièces du patron. 

Les modifications: 
J'ai rallongé les manches de 3-5cm, je n'ai pas monté les pattes aux épaules et je n'ai pas trouvé de cigarettes dans les merceries de la ville. Comme il était hors de question de banquer je ne sais combien sur internet pour ce détail, j'ai zappé cette étape. Par contre, j'ai monté les épaulettes car je trouve que ça donne une belle silhouette. 
D'ailleurs, à voir le résultat avec et sans épaulette, je regrette de ne pas en avoir monté sur mon manteau bleu.


Les tissus:
Les coupons viennent de mon cher petit monsieur qui a bradé ses beaux tissus l'année dernière. J'ai donc un magnifique lainage épais 100% cachemire pour... 33€ le coupon!  
La doublure est un satin beige assez épais qu'il m'a vendu comme un "vrai" satin de doublure. Il s'effiloche facilement mais se travaille tout seul. 
Les boutons sont des demi-boules en bronze.

Les points techniques et le méli-mélo de boulettes:
Vous vous en doutez, ce manteau est assez technique mais pas insurmontable. Il faut juste prendre son temps et le monter en plusieurs étapes. Il y a plusieurs finitions dont je ne suis pas satisfaite et c'est en grande partie à cause de mon tissu assez épais. 
C'est mon quatrième projet avec des boutonnières passepoilées, autant dire que ce point ne m'a pas effrayé, et malgré plusieurs tests, mes boutonnières sont loin d'être tops. 
J'ai galéré à monter les zips: Après avoir cassé deux aiguilles, j'ai tenté de démonter les dents en trop; sans résultat. Du coup j'ai coupé à ras, ce qui a compliqué la suite de mes finitions. Je m'y suis reprise à trois fois pour ce montage. Bien entendu, c'est lorsque la troisième est satisfaisante que l'on se dit qu'une parmenture de zip marron foncé aurait été plus intelligent. On peut apercevoir le satin beige qui m'a servi de parmenture. Tant pis, il faudra vivre avec ce défaut.

La plus belle boulette est survenue sur la fin, alors qu'il me restait touuuutes les finitions mains. Je commence à épingler mon ourlet du bas et.. bim... les plis plats gauche de la doublure ne sont pas montés correctement! je découds, je reforme, je recouds, je repasse... et je crame le droit!! >< 
Je découds, je recoupe, je recouds... ET JE LE FINIS!


Conclusion:
Bien qu'il ait été achevé dans la douleur, j'en suis tout de même contente malgré ses imperfections. Il reste un point que je n'ai pas encore retouché, c'est mon ourlet qui tire à gauche, au premier plis plat. J'attends de voir ma grand-mère ce weekend pour quelques conseils! :)  

Il est bieeeen chaud; un peu trop d'ailleurs pour le climat du moment! 
J'aime assez la coupe, même si j'avoue ne plus être habituée à avoir autant d'aisance au buste. J'aurai peut-être repris un peu l'aisance si les plis plats ne venaient pas contrarier les reprises de dernières minutes.
Il y a largement la place de mettre un pull fin à moyen sous le manteau, ce qui était également le but initial de ce projet.






---


Je profite de ce post pour vous présenter le petit projet tricot express des vacances de noël. 
Je n'avais pas du tout remarqué ces moufles. C'est surtout la version d'Autumnalys qui m'a fait découvrir le potentiel de ce patron. 

Regardez ces jolies feuilles délicates, et cette jolie découpe au poignet! :) 
Je n'ai pas grand chose à dire sur le modèle, il est très bien écrit. Ce patron est fait pour tricoter une laine DK avec des aiguilles fines de 3,5mm. La seule difficulté est lorsque l'on tricote le joli arrondi du poignet car cela demande de tricoter 4 mailles ensemble (!!!), j'ai eu un peu peur pour mes aiguilles fines en bois avec cette grosse laine mais c'est bon! Elles ont survécu!


J'ai utilisé un bout d'écheveau Gilliat (De Rerum Natura) coloris Poivre blanc.  Le beau beige chiné, le moelleux de la laine, la douceur qui s'accroit après blocage, encore une fois je suis sous le charme des laines de cette marque. Elles tombent parfaitement, elles sont bien chaude tout en laissant respirer. Je les ai déjà porté très souvent je suis conquise!

 

Mais quand porter des moufles à Montpellier me direz-vous? Quand vous êtes frileuses des mains mais que vous n'aimez pas les poches bien sur! -chacun ses contradictions- . Comme j'ai légèrement souffert lors des dernières randonnées, j'ai hâte de les dégainer à la prochaine promenade. 

Depuis, j'ai découvert l'univers de Mandarine's dont je suis assez fan. J'aime beaucoup ses modèles et j'adore écouter ses podcasts. Il s'en dégage une atmosphère très apaisante, ce qui est très agréable pour tricoter.








 Recap':


Manteau Quart (Pauline Alice) taille 38-42

2,5m de lainage, 2,5m de satin, 8 boutons de bronze.
Moufle Woodland Tales de Mandarine's taille 1
140 mètres de Gilliat (De Rerum Natura), coloris Poivre blanc., aiguilles 3,5mm.